Les ICO, le début de la fin ?

Jusqu’au XXIème siècle, la méthode traditionnelle pour lever des capitaux propres pour une société était l’introduction en bourse, ou Initial Public Offering (IPO) en anglais. Mais avec la création et le développement de la cryptomonnaie, est apparue une nouvelle forme de levée de fonds : les ICO, ou Initial Coin Offering.

 

Les ICO, le début de la fin ?

Définition des ICO

La cryptomonnaie est une monnaie d’échange circulant sur un réseau informatique et qui n’ont pas de cours légaux. Le bitcoin et l’ether en sont les deux plus connues et se basent sur la technologie des blockchains, expliquée dans notre précédent article.

L’apparition de ces cryptomonnaies a bouleversé le monde juridique, qui peine à s’adapter et à légiférer ces nouvelles formes d’échanges. Ces difficultés concernent notamment le milieu boursier, avec l’apparition des Initial Coin Offering (ICO).

Une ICO est un mode de levée de fonds mêlant à la fois le système de la crypto-monnaie et du crowdfunding. Le but de l’organisation qui cherche des financements est d’échanger des tokens, c’est-à-dire une part de son actif numérique, contre de la cryptomonnaie. Afin de convaincre les internautes d’investir dans son projet, l’organisation doit, à l’instar d’un processus de crowdfunding, présenter un projet intéressant, avec une équipe construite et des chances de réussir. Les tokens, contrairement à une introduction en bourse normale, ne représentent pas des parts de capital.

Afin d’illustrer ce mécanisme des ICO, imaginons une organisation dont le projet est de mettre en place un système de stockage dématérialisé. Cette organisation crée des tokens, et les vend aux internautes-investisseurs en échange de cryptomonnaies, comme des bitcoins. Cette opération constitue une ICO. Ensuite, si le projet fonctionne, les tokens que possèdent les utilisateurs pourront leur servir pour acheter de l’espace de stockage sur la plateforme de l’organisation. Ils pourront également louer leur espace de stockage disponible, contre des bitcoins. Ainsi, l’objectif de l’organisation est de vendre des tokens contre des bitcoins, et ensuite d’échanger ces bitcoins contre de la monnaie légale pour se financier.

L’avantage des ICO est de contourner le système classique des levées de fonds, et toutes les obligations légales qui en découlent. Cela permet aussi de financer un projet qui commence à peine à se développer, sans certitude de réussite.

Le principal inconvénient, similaire à tous les mécanismes d’investissement, est l’absence de toute garantie de réussite, et les risques de pertes d’argent. Il est probable que le projet n’aboutisse jamais, et qu’un internaute se retrouve avec des tokens inutiles et sans valeurs. De plus, le cours des tokens émis est généralement très volatile, et peut prendre énormément de valeur comme en perdre, en quelques minutes seulement.

Par exemple, le projet Brave, dont l’objectif est de créer un navigateur Internet protégeant la vie privée, a levé en juin 2017 l’équivalent de 34 millions de dollars en moins de 30 secondes.

Pourquoi les ICO sont en danger ?

Tout le mécanisme des ICO est basé sur l’utilisation de cryptomonnaie, comme les bitcoins ou les Ether. Si celles-ci perdent énormément de valeur, les ICO perdent toute leur utilité.

Le 1er septembre 2017, la valeur du bitcoin atteignait 5000$, c’est-à-dire sa plus haute valeur jamais atteinte.

Le 4 septembre 2017, la Banque populaire de Chine a déclaré que les ICO étaient maintenant une pratique devenue illégale dans tout le pays. De plus, toutes les personnes et organisations ayant eu recours à ce mécanisme de levée de fonds ont pour obligation de rendre l’argent. Du fait de cette annonce, en un jour, le cours du bitcoin en dollars a chuté d’environ 10%.

Le 12 septembre 2017, le CEO de JPMorgan, a déclaré que le bitcoin était une « fraude » qui finira par « exploser ». Cette simple annonce, a fait chuté le cours du bitcoin d’encore 30%, baissant à 3000$.

Le 14 septembre 2017, la BTC China, l’une des plus grandes plateformes d’échanges de bitcoin et autres cryptomonnaies, a annoncé, sur Twitter, qu’elle suspendra ses activités pour ses clients basés en Chine à partir du 30 septembre. Si cette annonce a augmenté le cours du bitcoin sur les plateformes non chinoises, son avenir semble incertain avec la disparition d’une des plus grandes plateformes mondiales d’échanges.  

La disparition de la BTC China sur le marché des cryptomonnaies pourrait bientôt être suivie d’une autre mauvaise nouvelle pour les partisans des ICO : la SEC, le 25 juillet dernier, a lancé une première mise en garde concernant ce mécanisme, qui pourrait aboutir à sanctionner des entreprises impliquée dans des ICO, selon une ancienne procureur fédérale américaine.






15 novembre 2018

Les 10 ans du Bitcoin

C’est le 18 août 2008 que le nom de domaine www.bitcoin.org est réservé anonymement, mais ce n’est que le 31...

Lire la suite
09 novembre 2018

Les drônes

Le marché des drones Le marché des drones est devenu depuis plusieurs années un marché en plein essor.  Ce...

Lire la suite