L’obligation de signification de la cession de créance n’est plus lorsque le débiteur consent à l’acte !

Avec la réforme du droit des obligations, nombreuses sont les matières du Code civil à avoir été remodelées.

C’est tout particulièrement le cas de la cession de créance, désormais prévue aux Articles 1321 à 1326 nouveaux du Code civil, qui voit son régime grandement modifié.

En effet, les classiques Articles 1689 à 1691 ne sont plus applicables à la cession de créance, et ainsi la signification d’une telle cession n’est plus exigée dans certaines conditions, au sens du droit des contrats français.

A la lecture de l’article 1324 nouveau, l’on apprend que : « La cession n'est opposable au débiteur, s'il n'y a déjà consenti, que si elle lui a été notifiée ou s'il en a pris acte ».

Les rédacteurs de convention de cession de créances voient ainsi le régime applicable en la matière assoupli, puisque dès lors que le débiteur a consenti à la Cession envisagée, la signification par voie d’huissier n’est plus nécessaire.

Prudence toutefois lorsque le débiteur cédé ne consent pas au principe de la Cession envisagée

Visuel16_Actu_BruzzoDubucq






15 novembre 2018

Les 10 ans du Bitcoin

C’est le 18 août 2008 que le nom de domaine www.bitcoin.org est réservé anonymement, mais ce n’est que le 31...

Lire la suite
09 novembre 2018

Les drônes

Le marché des drones Le marché des drones est devenu depuis plusieurs années un marché en plein essor.  Ce...

Lire la suite